Ralentissement économique, instabilité politique… L’Espagne reste-t-elle une destination à potentiel pour les exportateurs français ?

24.06.2016

L’économie espagnole devrait croître en 2016 de +2,6%, se classant ainsi parmi les 3 meilleurs taux de croissance de la zone euro. « En 2015, l’Espagne a enregistré la meilleure croissance économique parmi les grands pays de la zone euro (+3,2%). Nous attendons cependant un ralentissement notable en 2016, en partie dû à la période d’instabilité politique actuellement traversée par le pays », explique Daniela Ordóñez, économiste pays chez Euler Hermes.

 

Le climat d’incertitude politique pèse effectivement sur l’économie : la confiance des ménages a été largement impactée, en témoigne la décélération des ventes au détail constatée début 2016 (+0,8% t/t au T1 2016 contre +0,9% t/t au Q4 2015).

Infographie Espagne potentiel pour l'export français 

Un ralentissement qui ne compromet pas la dynamique de reprise


Malgré ce ralentissement, la reprise espagnole semble se confirmer, portée par la consommation et l’investissement. En 2016, profitant d’une inflation toujours négative (-0,2% en moyenne en 2016) et d’un accès au crédit privé facilité, la consommation devrait croître de +2,5% (+3,1% en 2015). Elle bénéficie aussi d’un taux de chômage qui a entamé son repli : même s’il reste le plus élevé de la zone euro, le taux de chômage espagnol passera en 2016 sous la barre des 20%, pour la première fois depuis 2011. Côté entreprises, la situation reste positive. Le taux de marge des entreprises espagnoles est parmi les plus élevés de la zone euro (42% de la valeur ajoutée), et l’investissement soutiendra de nouveau l’économie en 2016. « Après +6,4% en 2015, l’investissement espagnol ralentira à +4,6% en 2016, maintenant ainsi un rythme plutôt dynamique porté notamment par l’investissement en biens d’équipements. Il bénéficie de la faiblesse durable des prix des matières premières, et de la politique monétaire accommodante de la BCE qui se traduit par des faibles taux d’intérêt », confirme Daniela Ordóñez.

L’Espagne, un débouché intéressant pour les exportateurs français en 2016-2017


La reprise économique espagnole représente toujours une réelle opportunité pour les exportateurs français. « En 2015, la France concentrait 11% des importations espagnoles, se classant ainsi deuxième plus gros partenaire commercial du pays. Nous anticipons même une hausse des exportations françaises vers l’Espagne en 2016 (+1,5 milliard €) et en 2017 (+3,6 milliards €) », détaille Daniela Ordóñez. Une demande supplémentaire dont bénéficierons directement les secteurs de l’automobile et de la chimie (+300 millions € en 2016 et +700 millions € en 2017 chacun) et de l’agro-alimentaire (+240 millions € en 2016 et 570 millions € en 2017). Les exportateurs français semblent d’ailleurs conscients de cette opportunité : selon le dernier Baromètre export d’Euler Hermes, l’Espagne est sur le podium des destinations visées à l’export pour 2016 et 2017.