La hausse du prix du pétrole coûtera 0,4 point de marge aux entreprises françaises en 2018

23.07.2018

Euler Hermes prévoit une augmentation du prix du pétrole en 2018, à 75 USD le baril en moyenne au quatrième trimestre contre 61,6 USD le baril en moyenne au quatrième trimestre 2017 (+21,8%). Une hausse directement influencée par des facteurs géopolitiques, parmi lesquels l’accroissement des tensions en Syrie et au Moyen-Orient, ou encore le retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire passé avec l’Iran.

 

Une facture énergétique plus lourde pour les entreprises françaises


Le leader mondial de l’assurance-crédit estime que cette envolée du cours de l’or noir pèsera sur les marges des entreprises françaises d’ici la fin de l’année 2018. Selon Euler Hermes, elles se contracteront de 0,4 point en 2018, passant de 32% au T4 2017 à 31,6% au T4 2018.


« Depuis 3 ans, en France, les marges des entreprises stagnent à 32%, soit encore loin des niveaux d’avant-crise de 2007 (33,5%). L’espoir d’un retour à ce niveau était permis, mais la hausse attendue du prix du pétrole devrait alourdir la facture énergétique des entreprises françaises, et affecter leur rentabilité », explique Stéphane Colliac, économiste en charge de la France chez Euler Hermes.


Parmi les secteurs les plus touchés, l’agroalimentaire, qui verra ses marges passer de 38,8% au T4 2017 à 37,8% au T4 2018 (-1 point). Le commerce (de gros et de détail) ne sera pas non plus épargné, avec des marges attendues en recul au T4 2018 de -1,1 point. Deux secteurs pour lesquels le pétrole est très utilisé, et qui verront forcément leurs coûts s’accroître.



Des marges plus élevées dès 2019 ?


Toutefois, Euler Hermes se montre confiant pour la suite des évènements, et prévoit un retour des marges des entreprises françaises aux niveaux d’avant-crise dès fin 2019.


« L’espoir est permis. Le gouvernement français a annoncé diverses mesures de soutien aux entreprises, comme l’élargissement de la baisse de l’impôt sur les sociétés et le remplacement du CICE par des réductions de cotisations sociales. De plus, nous estimons que le prix du pétrole devrait reculer l’année prochaine à 69 USD le baril en moyenne. Des soutiens structurels et conjoncturels qui devraient aider les entreprises à retrouver une meilleure rentabilité », détaille Stéphane Colliac.

Documents