342 grandes entreprises sont entrées en défaillance dans le monde en 2019

A l’échelle mondiale, les défaillances d’entreprises ont cru de +9% en 2019, soit une troisième année consécutive de hausse. Une tendance inquiétante, synonyme de renforcement du risque d’impayés pour les entreprises du monde entier. Mais un facteur parait encore plus préoccupant : la recrudescence des défaillances de grandes entreprises.

Gare au risque de défaillances en chaîne

C’est le sujet de la dernière étude d’Euler Hermes : selon le leader mondial de l’assurance-crédit, 342 grandes entreprises sont entrées en situation de défaillances en 2019 (+7 cas par rapport à 2018), soit un chiffre d’affaires cumulé de 205 Mds EUR (+30% par rapport à 2018).

Pourquoi s’inquiéter d’une telle augmentation ? Le risque d’effet domino est fort : les plus petits fournisseurs, souvent dépendants de quelques gros clients, pourraient souffrir des difficultés rencontrées par leurs principaux partenaires commerciaux. De quoi imaginer un scénario de défaillances en chaînes, et un nouveau renforcement du risque d’impayés.

Où sont les foyers de risques ?

C’est en Amérique du Nord que le plus grand nombre de nouvelles défaillances de grandes entreprises a été constaté en 2019 (+29 cas par rapport à 2018). L’Asie est également touchée par le phénomène (+5 cas). En Europe de l’Ouest, la tendance est à la baisse (-9 cas), mais ce n’est pas suffisant pour être rassurant : c’est toujours dans cette région qu’on dénombre le plus grand nombre de défaillances de grandes entreprises (133 cas en 2019, contre 96 par exemple en Asie).

Au niveau sectoriel, la situation s’est avérée compliquée en 2019 pour la distribution et les services en Europe, l’énergie et la distribution en Amérique du Nord et la construction en Asie.

Et la France dans tout ça ?

En France, la tendance pourrait à première vue sembler positive : le nombre de défaillances de grandes entreprises s’établit à 20 en 2019, soit -12 cas par rapport à 2018.

Toutefois, la situation demeure préoccupante pour une raison : le chiffre d’affaires cumulé des défaillances de grandes entreprises françaises a cru en 2019 de +11%, et s’établit à 3,8 Mds EUR. Un risque de sévérité inquiétant qui, ici encore, laisse planer l’ombre d’un éventuel effet domino.