Warning: You are using an outdated Browser, Please switch to a more modern browser such as Chrome, Firefox or Microsoft Edge.

En France, le déficit de fonds propres des PME atteint 30 milliards d'euros

09/10/2020
Face à la crise Covid-19, les Etats européens se sont mobilisés pour préserver les entreprises d’une crise de liquidité. Un objectif qui semble atteint à court terme, grâce aux prêts garantis par les Etats. Toutefois, l’épidémie a mis en péril la pérennité de nombreuse entreprises au vu du choc sur la rentabilité et de la forte hausse de l’endettement. Désormais, une forte inquiétude pèse sur le niveau de capitalisation des PME européennes. En effet, Euler Hermes, le leader mondial de l’assurance-crédit, estime que le déficit de fonds propres des PME françaises s’élève à date à 30 Mds EUR (hors entreprises zombies ). Un chiffre 10 fois supérieur à celui des PME allemandes (3 Mds EUR), mais 2 fois moins grand que celui des PME italiennes (70 Mds EUR).

Inquiétude particulière pour les PME françaises

« Les PME européennes sont aujourd’hui en situation de fort endettement, de rentabilité détériorée et de sous-capitalisation. Une combinaison qui laisse présager de très mauvaises perspectives en termes de solvabilité de ces entreprises à moyen terme. L’inquiétude est particulièrement forte concernant les PME françaises », précise Maxime Lemerle, Directeur de la Recherche Sectorielle chez Euler Hermes.

En effet, au T2 2020, la dette des PME françaises est attendue à 81% du PIB, contre seulement 43% pour les PME allemandes et 63% pour la moyenne de la zone euro. A cela s’ajoute un ratio de fonds propres également en retrait pour les PME françaises (37% du total des actifs) par rapport aux PME allemandes (39%). De même, une inquiétude existe au niveau de la rentabilité : les marges des PME françaises ont reculé de -7 points depuis le début de l’année, et atteignent le plus bas niveau des 27 pays de l’UE.

 

 

Quels secteurs sont les plus touchés ?

Parmi les secteurs les plus en difficulté à ces égards en France, on retrouve notamment l’hôtellerie-restauration. Le besoin en fonds propres des PME de ce secteur s’élève à 11 Mds EUR, soit près de 40% du total français. Vient ensuite le secteur des transports et entreposage, pour lequel le déficit de fonds propres des PME s’élève à 5,5 Mds EUR.

« En Italie, la sous-capitalisation des PME touche l’ensemble des secteurs. A contrario, en France, elle est très concentrée dans quelques secteurs en particulier. Les transports en font partie : l’aérien comme le maritime ont été fortement affectés par la crise Covid-19, et ils affichent des besoins en fonds propres records, respectivement de 1,9 Mds EUR et 3,4 Mds EUR », conclut Maxime Lemerle.

Vous souhaitez en savoir plus sur le niveau de capitalisation et les besoins en fonds propres des entreprises françaises, allemandes et italiennes ? Vous voulez obtenir plus de chiffres et comparer les niveaux de fonds propres des PME de ces pays avant et après la crise Covid-19 ? Toutes les réponses à ces questions sont dans l'étude à télécharger ci-dessous !