Attention: Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Pour un affichage optimal, merci d’utiliser un navigateur plus récent : Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge.

Les délais de paiement, le BFR et les stocks des entreprises en augmentation en France et dans le monde

28/07/2020

Euler Hermes présente sa dernière étude sur les délais de paiement, le BFR et les stocks des entreprises. Le leader mondial de l’assurance-crédit y présente ses prévisions pour la France et à l’échelle mondiale, établit l’impact de l’épidémie Covid-19 sur les trois indicateurs cités ci-dessus, et dresse la liste des secteurs les plus à risque. Au sommaire :

  • L’épidémie Covid-19 met la trésorerie des entreprises sous pression. A l’échelle mondiale, le besoin en financement des entreprises, mesuré par le BFR (Besoin en Fonds de Roulement), augmentera de +5 jours en 2020 pour s’établir à 74 jours. En valeur, cela représente un BFR de 8.000 Mds USD, soit une hausse de +140 Mds USD par rapport à 2019. Côté français, le BFR des entreprises croîtra en 2020 de +3 jours, pour s’établir à 69 jours.

  • Les délais de paiement, mesurés par l’indicateur DSO (Days Sales Outstanding), augmenteront de +2 jours à l’échelle mondiale en 2020, pour s’établir à 66 jours. Ils augmenteront à nouveau de +2 jours en 2021, pour s’établir à 68 jours. Une hausse qui intervient alors que les délais de paiement s’étaient assouplis en 2018 et 2019. In fine, d’ici fin 2021, les délais de paiement auront augmenté deux fois plus que lors de la crise financière de 2008, principalement du fait de l’épidémie Covid-19. En France, les délais de paiement croîtront aussi en 2020, de +2 jours, et atteindront 72 jours. En France comme dans le monde, le risque d’impayés est élevé.

  • Les stocks des entreprises, mesurés par l’indicateur DIO (Days Inventory Outstanding), augmenteront de +3 jours à l’échelle mondiale en 2020, après une augmentation déjà constatée en 2019 de +1 jour. Les stocks des entreprises françaises, quant à eux, augmenteront également cette année de +1 jour.

  • Les transports, l’automobile, le textile et la distribution non-alimentaire demeurent les secteurs les plus à risque sur l’année en cours à l’échelle mondiale. Ils subiront les tensions les plus fortes sur leurs niveaux de liquidités en 2020, avec une rentabilité en recul. Faute du soutien des banques ou des investisseurs dans les mois à venir, les entreprises de ces secteurs pourraient très rapidement se retrouver démunies. La métallurgie et la construction apparaissent également fragilisées au regard de leur situation de trésorerie déjà serrée. En revanche, les secteurs pharmaceutique et agroalimentaire apparaissent comme les moins exposés.