Warning: You are using an outdated Browser, Please switch to a more modern browser such as Chrome, Firefox or Microsoft Edge.

Quel secteur a le plus fort pouvoir de fixation des prix en zone euro ?

10/05/2021
Le pouvoir de fixation des prix est un facteur essentiel pour aider les entreprises à sortir de la crise Covid-19, particulièrement dans le contexte actuel de hausse des coûts des intrants et de reprise de l’activité économique. En effet, la capacité des entreprises à augmenter leurs prix est primordiale afin d’accroître leur chiffre d’affaires et leurs marges. Quel secteur a le plus fort pouvoir de fixation des prix en zone euro ? C’est la question que se sont posés les experts d’Euler Hermes dans leur dernière étude. Au sommaire :
  • À long terme, la majorité des secteurs dispose d’un pouvoir de fixation des prix. En comparant l’évolution des prix des distributeurs à celle des tarifs pratiqués par les producteurs, dans 19 secteurs au sein de la zone euro, Euler Hermes estime que seul un nombre limité de secteurs manque de pouvoir de fixation des prix à long terme. Selon Euler Hermes, les 3 secteurs avec le pouvoir de fixation des prix à long terme le plus important sont les secteurs des biens électroniques, pharmaceutique et aérien.
  • Cependant, la situation est différente pour le pouvoir de fixation des prix à court terme des entreprises de la zone euro. En effet, Euler Hermes constate que seuls 5 secteurs ont la capacité d’augmenter leurs prix de détail à court terme : l’alimentaire, les textiles, les ordinateurs, l’électronique et la restauration. En conséquence, les risques d’assister à une reprise durable de l’inflation en zone euro semblent modérés.
  • Quels secteurs ne seraient pas affectés par une hausse du coût des intrants ? Pour répondre à cette question, Euler Hermes a développé un index propriétaire basé sur : 

    1) le pouvoir de fixation des prix à court terme,
    2) l’élasticité de la demande,
    3) l’évolution de la rentabilité,
    4) les changements récents des prix des intrants
    5) la capacité à compenser l’augmentation des prix des intrants au travers des exportations.

    Résultat, seuls trois secteurs ne subiront pas de pression financière suite à la hausse du coût des intrants : les secteur pharmaceutique, des outils bureautiques et des biens électroniques. Les autres secteurs pourraient subir une pression sur leurs marges dans les prochains mois, puisque les prix des intrants ne devraient arrêter de croître qu’à partir du T3 2021.