Attention: Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Pour un affichage optimal, merci d’utiliser un navigateur plus récent : Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge.

Un hard Brexit coûterait 33 milliards d'euros aux exportations européennes

20/10/2020
Alors que la probabilité d’un hard Brexit ne cesse de se renforcer, Euler Hermes, leader mondial de l’assurance-crédit, se penche sur l’impact économique d’un tel scénario pour l’Union Européenne et ses membres. Au sommaire de cette étude : 
  • Selon Euler Hermes, un hard Brexit coûterait -33 Mds EUR aux exportations européennes dès l’année suivant la sortie britannique de l’UE. La note serait bien moins lourde en cas de soft Brexit, avec un manque à gagner pour les exportateurs européens estimé à -18 Mds EUR en un an.
  • Quels pays seront les plus touchés suite au Brexit ? En cas de hard Brexit, sur l’année suivant la sortie britannique de l’UE, les pertes à l’export se chiffreront à -8,2 Mds EUR pour l’Allemagne (pays le plus affecté), à -4,8 Mds EUR pour les Pays-Bas (second pays le plus affecté) et à -3,2 Mds EUR pour la Belgique (quatrième pays le plus affecté). En cas de soft Brexit, le classement reste le même, mais avec un impact pour ces trois pays quasiment divisé par deux.
  • Mais après l’Allemagne et les Pays-Bas, qui complète le podium ? La France serait le troisième pays européen le plus affecté par un hard Brexit, avec des pertes à l’export sur un an estimées à -3,6 Mds EUR, soit plus de 10% du total des pertes à l’export européennes estimées. En cas de soft Brexit, la France serait toujours le 3ème pays le plus affecté, avec des pertes annuelles à l’export estimées à -1,9 Md EUR.
  • Quels seront les secteurs les plus affectés en France ? Un hard Brexit générerait des pertes à l’export sur un an de l’ordre de -759 millions d’euros pour le secteur des transports et équipements, de -477 millions d’euros pour la chimie, de -426 millions d’euros pour les machines et équipements électriques, et de -305 millions d’euros pour le secteur aliments / boissons / alcool / tabac. En cas de soft Brexit, le podium resterait le même, mais la quatrième position serait occupée par le secteur des métaux précieux et bijoux.