Attention: Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Pour un affichage optimal, merci d’utiliser un navigateur plus récent : Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge.

Euler Hermes analyse le plan de relance budgétaire français

07/09/2020

Retour, avec les experts d’Euler Hermes, sur les implications et conséquences potentielles du plan de relance budgétaire français, mis en place pour lutter face aux conséquences économiques de la crise Covid-19.

  • Les plans de relance budgétaire sans précédent lancés par les gouvernements européens devraient contribuer à stimuler la croissance économique de +2,4pp en France, +2pp en Allemagne et +0,7pp en Italie d'ici 2021-22.

  • Le plan de relance de 100 milliards d'euros (4,3 % du PIB) annoncé par le gouvernement Français est équilibré, avec un tiers des efforts portant sur l’emploi et la demande à court terme et deux tiers portant sur des mesures de moyen terme concernant l’investissement productif en France et la transition écologique. Nous estimons l’effet de ce plan à 2,4 points de croissance supplémentaire d’ici deux ans (contre 4 points estimés par le gouvernement).

  • Toutefois, en raison de notre dépendance structurelle à l'égard des importations, le revers de cette relance budgétaire sera l'aggravation du déficit commercial déjà élevé. Le déficit commercial de la France pourrait se creuser d’environ 12 milliards d’euros à l’aune de ce plan, contre 3 milliards d’euros en Allemagne pour un stimulus économique équivalent.

  • A un niveau plus micro-économique,

    ✓ Nous estimons que sur la transition écologique, le décaissement risque d’être plus lent que prévu notamment dans la rénovation des bâtiments.

    ✓ L'effort majeur sur les impôts de production et les fonds propres aideront les entreprises à traverser cette crise sans précédent, mais pour autant ces mesures ne devraient pas être suffisantes pour endiguer le choc des défaillances d’entreprises (+25%, cumulée sur 2020-2021).

    ✓ Enfin sur l’emploi, le volet formation, en complément des nombreux emplois aidés (presque 500.000), risque de faire défaut et nous nous inquiétons de la croissance des zombies jobs (plus d'un million pour la France) artificiellement maintenus par ces mesures de soutien.