Attention: Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Pour un affichage optimal, merci d’utiliser un navigateur plus récent : Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge.

Euler Hermes revoit à la baisse ses prévisions de croissance pour la Chine

15/10/2021
Le 18 octobre, les autorités chinoises annonceront l’évolution de leur PIB pendant le T3 2021. Cette annonce sera suivie de près par les marchés, tant l’économie chinoise est actuellement perturbée par de nombreux facteurs, dont la crise frappant le secteur de l’immobilier. Que se passera-t-il pour l’économie chinoise dans les mois à venir ? Dans leur dernière étude, les experts Euler Hermes analysent le ralentissement de l’économie chinoise et se penchent sur ses causes et ses conséquences.
  • Selon Euler Hermes, le ralentissement chinois se poursuivra au T4 2021 et début 2022. En conséquence, les experts Euler Hermes ont revu à la baisse leurs prévisions de croissance du PIB pour la Chine : +7,9% en 2021 (-0,3 point par rapport à la dernière prévision) et +5,2% en 2022 (-0,2 point). Le resserrement des politiques publiques et la persistance du variant delta ont ralenti l’activité économique, mais ces facteurs devraient progressivement s’éteindre. Par ailleurs, la reprise du secteur des services s’amorce, même si le retour à la normale sera long. Enfin, et surtout, le renforcement des contrôles réglementaires maintiendra l’activité industrielle et le secteur de l’immobilier sous pression. De nouveaux défauts de paiement parmi les promoteurs immobiliers peuvent être attendus. Les autorités publiques ont néanmoins les moyens et l’intention de faire le nécessaire pour éviter une crise systémique.
  • Quels sont les principaux risques pesant sur l’économie chinoise ? Le risque domestique majeur serait une détérioration durable du secteur de l’immobilier, avec des impacts indirects sur d’autres secteurs importants de l’économie chinoise. En effet, la demande finale générée par l’immobilier représente 25% du PIB chinois, et les logements résidentiels représentent 78% des actifs des ménages chinois, preuve du poids de ce secteur dans l’économie de la Chine. Par ailleurs, le risque externe principal est géopolitique, et concerne le ravivement des tensions avec Taiwan et les Etats-Unis. La probabilité d’un conflit avéré reste faible et Euler Hermes anticipe un status quo concernant les barrières tarifaires USA – Chine, même si les barrières non-tarifaires pourraient quant à elle être renforcées.
  • Le ralentissement chinois, quel impact pour le reste du monde ? Concernant la problématique des chaînes internationales d’approvisionnement, le ralentissement économique chinois pourrait engendrer une nouvelle hausse du coût des échanges et du prix des intrants. On peut également s’attendre à une hausse des délais de livraison, et à une potentielle exacerbation des pénuries de biens intermédiaires, déjà constatées, aux Etats-Unis et en Europe. Au niveau de la demande mondiale, les pays exportant vers la Chine pourraient être affectés, et particulièrement ceux les plus exposés aux secteurs de la construction et de la métallurgie (Chili, Hong-Kong, Pérou, Australie, Afrique du Sud). En revanche, les pays exportateurs d’énergie, et plus précisément de charbon thermique, devraient voir la demande augmenter du fait de la crise énergétique actuellement subie par la Chine.
Vous avez besoin de données spécifiques à propos de la situation économique chinoise ? Vous souhaitez obtenir une analyse plus profonde sur le ralentissement économique chinois, ses causes et ses conséquences ?