Les DAF ont-ils pris le virage des nouvelles technologies ?

06/08/2020

Blog > Croissance d'entreprise > Les DAF ont-ils pris le virage des nouvelles technologies ?

La technologie joue aujourd’hui un rôle majeur dans les entreprises, et les fonctions financières ne font pas exception. L’importance de digitaliser le fonctionnement de nos entreprises est devenue une évidence lorsque la pandémie de Covid-19 a frappé notre pays, mettant instantanément des millions de travailleurs en télétravail. Les services financiers ont dû eux aussi s’adapter pour continuer à effectuer les transactions et les processus habituels et maintenir au mieux leurs activités.

On a tort de penser que les directeurs financiers (DAF) sont résistants, voire méfiants, à l’égard des nouvelles technologies – laissant ce volet aux directeurs des systèmes d’information (DSI). Ce préjugé avait déjà évolué avant même la propagation du virus ; les responsables financiers reconnaissant de plus en plus le rôle important que la technologie prend dans nos entreprises.

Selon une analyse de la Harvard Business Review datant de mars 2020, le rôle du directeur financier va désormais au-delà des activités financières traditionnelles et nécessite l’intégration des nouvelles technologies au quotidien.

Cette étude montre ainsi l’importance pour les directeurs financiers de s’appuyer sur les compétences des data scientits. Le défi n’est plus uniquement de collecter une grande quantité de données, mais de savoir comment les exploiter et les faire parler. La technologie peut désormais aider les directeurs financiers à transformer les données en temps réel et utilisées pour des tableaux de pilotage, des algorithmes ou encore des scores prédictifs de décisions. Ces nouveaux outils permettent non seulement d’améliorer les processus et la performance des équipes mais aussi d’enrichir des scenarii prévisionnels.

L’importance de la technologie dans les fonctions financières

La nécessité pour les directeurs financiers de maîtriser les nouvelles technologies a été identifiée comme une priorité essentielle dans notre enquête intitulée DAF, quelles perspectives pour l’avenir ?, menée initialement en février 2020 et suivie en mai 2020 d’une seconde enquête prenant en compte l’impact de la pandémie de Covid-19.

Avant la crise Covid-19, 42% des répondants identifiaient la “compréhension des nouvelles technologies”, telles que l’analyse prédictive, l’intelligence artificielle et la modélisation, comme une compétences techniques nécessaire pour exercer le poste de directeur financier, avant même la “conformité et la gestion des risques” ou encore les “compétences commerciales”, qui sont toutes deux des préoccupations majeures pour les fonctions financières.

Lorsque l’enquête a été reconduite, ce chiffre est passé à 49%, ce qui montre son importance parallèlement à des compétences essentielles telles que la “planification financière” et la “prise de décisions stratégiques”.

Les compétences clés d'un DAF

Parallèlement, les DAF ont reconnu que l’investissement dans la technologie était essentiel.

  • Avant l’épidémie de Covid-19, 22% déclaraient que l’investissement dans les nouvelles technologies serait leur premier domaine d’investissement, ce qui en faisait la priorité numéro un des entreprises.
  • Lors de la seconde vague d’enquête, ce chiffre s’élevait à 21%, juste après le “fonds de roulement” qui, suite aux conséquences économiques de la pandémie de Covid-19, est devenu la priorité absolue pour 30% des répondants.

Le manque de connaissances technologiques

Si ces résultats sont positifs, notre enquête révèle également qu’il existe un décalage entre l’importance des nouvelles technologies et le besoin d’apprentissage pour les maîtriser.

72% des répondants estiment que leur rôle est devenu plus dépendant de la technologie au cours des trois dernières années. Et plus de 3 répondants sur 4 (78%) reconnaissent que les nouvelles technologies ont eu un impact positif sur leurs activités au cours de l’année écoulée.

Malgré cela, même si de nombreux responsables financiers affirment avoir déjà une bonne connaissance de la technologie, environ un tiers (31%) admettent manquer de confiance dans leur compréhension des nouvelles technologies. De même, seuls 36% des grandes entreprises sont « tout à fait d’accord » pour dire qu’elles comprennent parfaitement les nouvelles technologies pertinentes pour leurs activités – un chiffre qui tombe à 16% pour les petites entreprises. Et c’est là que se situe le défi.

S’il est clair que les directeurs financiers prennent au sérieux la compréhension des technologies, il existe manifestement un fossé de connaissances et de confiance qu’il faut combler pour développer le savoir-faire technologique nécessaire à l’évolution de leurs fonctions.

Sauter le pas

Si la technologie doit être plus largement adoptée et mise en œuvre dans l’ensemble de la fonction financière, il semble impératif que les directeurs financiers la comprennent et l’utilisent. Pour beaucoup d’activité, il est aujourd’hui essentiel de se familiariser avec les technologies émergentes telles que l’intelligence artificielle et le « Machine Learning » pour élaborer une stratégie financière performante.

Alors que la crise du Covid-19 aurait pu mettre en pause les processus de transformation digitale, l’évolution vers le télétravail imposé par le confinement n’a fait que souligner la nécessité d’une stratégie technologique solide.

Si rien ne suggère que les DAF doivent être des experts en technologie, les compétences technologiques doivent rester une priorité d’apprentissage, même pour ceux qui se considèrent déjà comme bien informés.

Comme le conclut Hélène Payen, DAF de la World Agency d’Euler Hermes : « Les nouvelles technologies sont essentielles pour la fonction financière. Dans notre métier, nous passons souvent trop de temps à essayer de rassembler des données au lieu de les analyser. Les nouvelles technologies nous permettent d’avoir accès à des données actualisées au quotidien et de disposer de rapports instantanés. Elles aideront les fonctions financières à se concentrer sur le développement des entreprises ».